Faire le plein en Andorre

Descente à Foix

Au Canada? À Ceuta? La recherche de carburant bon marché ne connaît pas de frontière. Actuellement ce sont les Canadiens qui traversent la frontière américaine pour le chercher, mais je me souviens de l’époque, dans les années 1980, quand je faisais la navette quotidiennement pour épargner quelques sous. J’emmenais les enfants souvent pour profiter de ce qu’offrait de mieux la ville de Niagara Falls, en Ontario.

Ma femme m’accuse souvent de ne pas ranger les choses, et, elle a bien raison. En écrivant le blog, mes souvenirs entraînent d’autres sans logique évidente. Parfois c’est au hasard, et parfois c’est par dessein, des miettes à suivre avant qu’elles ne soient dévorées par le Temps. Dans un commentaire il y a quelques jours, un lecteur a cité le jeu de mots de Groucho Marx: « Time flies like an arrow, fruit flies like a banana. » Pour ma part, même si j’apprécie moi aussi le mot de Groucho Marx, je tiens plus à cette image de Brassens:

…le temps est un barbare

Dans le genre d’Attila

Aux cœurs où son cheval passe

L’amour ne repousse pas

Aux quatre coins de l’espace

Il fait le désert sous ses pas…

Et je retiens dans ma vieillesse les vers de Marvell, que j’ai lus pour la première fois dans la classe de mon professeur à Exeter, Mr. Molloy :

But at my back I always hear

Time’s wingèd chariot hurrying near;

And yonder all before us lie

Deserts of vast eternity.

Déserts de l’éternité, déserts sans horizon. Mais si les souvenirs me fournissent souvent un refuge, ce dernier ne repose pas toujours sur une fondation solide. Brassens nous rappelle que les temps passés n’étaient pas toujours jolis.

Si le temps est un barbare, c’est un barbare polisson et tricheur. Et le futur, qui cache tant de surprises pour les jeunes, n’est guère mieux que le passé.

Quand vous, cher lecteur, parcourrez les articles du blog, sachez que je fais de mon mieux pour ne pas raconter des bêtises dans mes souvenirs. Si mes photos ont souvent des horizons lointains, ce sont des horizons encore circonscrits par ma vie. Et j’en suis bien content face à ce que le temps offre.

Auteur : David Brooks

Révision : Jim Erickson

Author: Dave

Retired. Formerly school librarian, social studies teacher, and urban planner.

2 thoughts on “Faire le plein en Andorre”

    1. In professional sports, you have great players, generational players (talent that appears only or twice once in every generation, and immensely talented all-time greats, whose accomplishments may never be surpassed. Brassens was one of the latter, a truly unique talent. I plead guilty as charged!

      Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s