Femmes rurales

En ce moment, je lis un livre, dans lequel l’auteur retrace les voyages d’Alexander Mackenzie, un Écossais qui a émigré en Amérique au 18e siècle où il a fait fortune au Canada dans le commerce des fourrures. Aujourd’hui le grand fleuve qui coule à travers le nord-ouest canadien avant de se jeter dans l’océan Arctique porte son nom. Mackenzie l’avait découvert lors de sa recherche du passage du Nord-Ouest. Tout comme d’autres explorateurs avant lui, à sa grande déception il avait appris que le passage du Nord-Ouest n’existait pas. Paradoxalement, cette route plus rapide et si ardemment recherchée vers l’Orient deviendra bientôt réalité grâce au réchauffement de l’Arctique.

Les premiers explorateurs de la région comptaient sur les Amérindiens pour leur connaissance du terrain ainsi que pour leur savoir-faire pratique. Les déplacements en hiver où les températures pouvaient atteindre les 50 degrés sous zéro exigeaient des habiletés que peu d’Européens possédaient.

Le livre raconte l’histoire d’un autochtone, Matonabbee, qui est tombé sur un Anglais affamé, Samuel Hearne, dont il a sauvé la vie. L’auteur, Brian Castner, décrit les rapports et relate une conversation entre les deux protagonistes :

Matonabbee a pris Hearne en pitié. Il a habillé l’Anglais d’un manteau de peaux de loutre pour ensuite lui montrer une rivière où poussaient de petits arbres qui permettraient au groupe de se fabriquer des raquettes et des traîneaux. Hearne n’avait plus de munitions de carabine et, ayant désespérément besoin d’abattre du gibier, il a coupé un ciseau à glace en morceaux carrés pour créer des semblants de balles rudimentaires. Cependant, les chasseurs de Matonabbee les ont nourris sans problème pendant tout le trajet de leur retour au Prince of Wales Fort.

En cours de chemin, Matonabbee a demandé : « Allez-vous tenter un autre voyage pour découvrir les mines de cuivre? » Hearne a répondu que oui, sur quoi Matonabbee s’est porte volontaire comme guide, mais à certaines conditions. D’abord, il fallait payer un certain prix fixé par le gouverneur du fort. Et deuxièmement, que les femmes de Matonabbee les accompagnent. C’était là la condition la plus importante, car, selon Matonabbee, c’est le manque de femmes qui avait voué l’expédition de Hearne à l’échec. « Quand tous les hommes sont lourdement chargés, de dire le Chipewyan, ils ne peuvent ni chasser ni faire de grandes distances; et si par hasard leur chasse est couronnée de succès, qui va porter le produit de leurs efforts? Les femmes sont faites pour de telles corvées. Une femme peut transporter ou tirer autant que deux hommes. »

Ce passage me rappelle les énormes fardeaux que les femmes rurales portaient au Maroc. Arrivées à la vieillesse, beaucoup avaient le dos courbé de façon permanente. La vie n’a jamais été facile pour les paysans pauvres et leurs familles, et les hommes comme les femmes s’épuisaient à subvenir aux besoins de leurs familles. Les sécheresses étaient fréquentes, le temps souvent trop chaud ou trop froid et les récoltes imprévisibles. Exploités par les commerçants des villages, maltraités par les autorités, n’ayant pas accès à des soins de santé adéquats, les paysans les plus pauvres subsistaient de peine et de misère avec un stoïcisme qui m’étonnait. J’étais en admiration devant leur courage indomptable.

Récolte de fourrage dans le pré-Rif.
Près de Moulay Idriss
Près de Moulay Idris, je crois.
Jeunes filles, près de Risani. 1971 Photo de Leona Erickson.

Ce livre, Disappointment River, raconte l’histoire de la tentative de l’auteur de refaire le voyage de Mackenzie à travers les Grands Lacs et le nord-ouest canadien ainsi que son voyage le long du fleuve Mackenzie jusqu’à l’océan Arctique. Je vous le recommande en tant que très bon récit d’aventure et comme histoire du commerce des fourrures au Canada.

FIRST ANCHOR BOOKS EDITION, FEBRUARY 2019
Copyright 2018 by Brian Costner
All rights reserved. Published in the United States by Anchor
a division of Penguin Random House LLC, New York. Originally published
in hardcover in the United States by Doubleday, a division
Penguin Random House LLC, New York, in 2018.

Auteur : David Brooks

Traduction : Jim Erickson

Author: Dave

Retired. Formerly school librarian, social studies teacher, and urban planner.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s